Qui n’a jamais rêvé de se faire stopper par un gros labrax lors d’une session pêche de nuit !?

Je vous raconte aujourd'hui le récit d'un coup du soir côtier qui s'est d'abord avéré peu fructueux : pas de capture, un fort vent de sud qui me donnait du fil à retordre pour garder le contrôle de mes animations et des lancers qui devenaient eux aussi laborieux avec en prime, pas mal de particules marines en suspension… Bref, vous l’aurez compris, cette soirée ne battait pas son plein ! Vers minuit, alors que je raccrochais le téléphone avec un ami habitant le coin pour faire un petit résumé sur les conditions et les résultats, je ressens un sentiment d’inachevé, un sentiment qui me poussait à prospecter un dernier spot qui serait peut-être plus praticable. Et si mon action de pêche était propre mais restait sans résultat, c’est tout simplement que le poisson n’était pas présent ! 

Remonté, mais sans grande prétention, je me dirige vers une partie plus "à l’abris" où je pourrais potentiellement trouver une zone "à gratter" dans de meilleures conditions…

Sur le chemin, j'ai fait connaissance avec un jeune pêcheur local qui avait lui aussi du mal à trouver les poissons ce soir-là. Nous avons alors entamé divers débats et discussions autour de la pêche, des poissons, du matériel tout en lançant nos Shad avec toute l’attention nécessaire dans nos actions de pêche. En aparté, cela fait du bien de voir qu’il existe de vrais passionnés avec une culture « pure » de la pêche à moins de vingt ans, c’est encourageant !      

Et puis soudain, tout va s’accélérer, entre deux mots, mon animation lente à deux tours de manivelle légèrement animé sur le fond va prendre un violent stop ! Ferrage ! S’en suivent de vigoureux gros coups de tête, l’action de pointe de ma Crosscast se fait littéralement cintrer… « Poisson! » « Et ça semble très très correct », « sans nul doute au vue de ta canne » rétorqua Fabien.

Après un combat tout en force, nous apercevrons cette grande masse blanche avec un doute pendant les toutes premières secondes… Fabien apercevra en premier le poisson : « C’est bien un bar ! », dit-il avant d'ajouter : « Il est énorme ! ». La peur de décrocher ce poisson trophée s’empare de moi. C’est alors que je confie la canne à mon « binôme » que je ne connais que depuis une heure et je prend la décision d’aller le chercher moi-même. Le poisson est là, calme sur le flanc, on connait les coups de sang qu’un bar peut avoir lorsque vous voulez l’attraper par la gueule alors, je glisse ma main doucement sous le poisson pour l’attraper sous l’ouïe ainsi que par la queue.

 « YESSS ! » C’est un pur moment que nous sommes en train de vivre, qui l’aurait cru ? Cette soirée démarrait si mal ! C’est après une courte séance photo et une petite réoxygénation pour reprendre ses esprits que ce gros géniteur retournera dans les abysses sans la moindre embuche… Il est 1h00 du matin, et ce « dernier spot » fut une franche réussite.